Véronique, une bordelaise sur « La Diagonale Des Fous », l’Ultra-Trail de La Réunion 18 novembre 2017 – Posté dans : Guide des bons plans balades, rando, Guide des bons plans sportifs, Interviews, Rien que pour vous!, Septembre

Véronique, une bordelaise sur « La Diagonale Des Fous », l’Ultra-Trail de La Réunion

Je vous présente Véro. Une chouette bordelaise et fidèle lectrice de mon blog « My Bordeaux City Guide ». Véro est une grande sportive qui fait partie de mon club d’athlétisme de Cenon sur la rive droite de Bordeaux.
Véro, c’est une belle personne, humaniste et altruiste qui gagne vraiment à être connue. Un sacré tempérament de battante qui ne lâche rien ! Elle vient de boucler la course mythique et folle de l’Ile de La Réunion : « La Diagonale des Fous ». 165 kilomètres de course du sud au nord de l’Ile de la Réunion avec près de 10 000 mètres de dénivelés positifs! Un Ultra Trail extrême!!

Je lui laisse aujourd’hui la parole afin qu’elle puisse nous faire vivre cette aventure formidable et fascinante au travers de son compte rendu de course.
Un grand merci à elle pour ce vibrant partage sur mon blog!

Céline My Bordeaux City Guide



La « Diagonale des fous » le compte rendu du Grand Raid de la Réunion 2017 de notre bordelaise Véronique.

Ma Diagonale des Fous 2017
Nous sommes Jeudi 22 Octobre. The Big Day est arrivé. Un an de préparation, de merveilleux moments à fouler les sentiers, de sacrifices aussi, de doutes…

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

Il est 20h. Nous arrivons à St-Pierre. Peio, qui participe à sa 2eme Diagonale. Chachou, Karine, Nath, Maman, Eric, Ben, Salim… toute l’assistance est là! Ca y est, nous y sommes! J’y suis! Le Grand Raid, c’est maintenant!!

20h30 – Nous entrons dans l’arène. Contrôle des sacs. Je suis assez zen bizarrement, comme si je ne réalisais pas encore. Comme si ce n était pas moi qui était là. Peio s’avance en tête de course pour éviter les bouchons. Il a raison mais je n’ai pas le niveau pour faire de même. Je retrouve Cyril qui en est aussi à sa 2ème Diagonale et c’est ensembles que nous prendrons le départ.

21h30 – Le sas s’ouvre. La foule de 2700 raideurs s’y engouffre. C’est la bousculade. On se tiens la main avec Cyril pour ne pas se perdre. Une foule de personnes nous acclame. C’est énorme! C’est mythique ! C’est magique!

6…5…4…3…2…1… Booooom! Le départ est donné, l’impression d’être en lévitation. La foule nous porte tout le long des km du bord de mer de St-Pierre. J’ai le grand bonheur d’être accompagnée quelques mètres par Cha, Karine, Nath et Sophie. Un bon présage pour la suite de les avoir vu je me dis. Le front de mer défile, La foule nous acclame, c’est juste du délire d’être porté ainsi!

Nous commençons doucement à quitter le bruit de la ville. Le bruit de la foule. Les lumières se font plus rares. La bulle commence à se refermer.

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

La pente commence à s’affirmer. Les pas commencent à ralentir et c’est à 00:04 après déjà 14km de course que nous pointons avec Cyril à Domaine Vidot. Rapide passage. Pas du tout envie de traîner. On se retrouve à la sortie et nous repartons pour le prochain pointage à Notre-Dame-de-la-paix. Malheureusement c’est une succession de 10km de bouchons et nous mettrons 4h pour y pointer. Bouchonner, piétiner, discuter, se refroidir… le terrain n’est pas trop technique à cette vitesse, même si c’est une succession de montées, d’escalade, d’escaliers inégaux, de racines. Nous visons Mare à Boue. C’est dans cette portion que je lâcherai Cyril. A contre cœur mais je suis bien, je suis dans ma bulle, j’avance, le corps répond bien, et quand celui-ci me dit « vas y avance », je lui répond à l’intérieur de moi sans pouvoir le crier « ok, lâche rien toi! » Et je me renferme dans ma bulle. J’appréhende Mare à Boue et sa réputation mais le temps est sec et aucune trace de boue ne pointe son nez… quelle chance!

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion
Le jour s’est levé, l’énergie est là. Je croise Valerie juste avant le pointage qui fait l’assistance de son ami quelques pas derrière moi. Quelle plaisir de faire une pause photo avec elle, cela me booste.

C’est à 9h20 que je pointe – km49 – Je prend le temps d’un repas chaud. Cela fait du bien. Il fait bon. Une première nuit est passée et bien passée. Il me tarde Cilaos pour y retrouver mon assistance. Ma fille chérie et tout le confort organisé d’une main de maitre par Karine. Je sens que les 1ères ampoules ont fait leur apparition.

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion



Il me faudra, en arrivant, prioriser… douche… podologue et kiné pour straper ma cheville (je protège un kyste apparu cet été). Le temps sera malheureusement compté. La prochaine étape est Mare à Joseph. Avancer step by step. La descente se déroule sans encombre. Ca et là des raideurs. Sur le bas côté, dans des couvertures de survie, certains dorment. Je me sens si bien. Je suis envahie depuis le départ de pensées positives.

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

J’atteins Mare à Joseph à 14h20. Je sais que la grosse descente de Kerveguen m’attend pour atteindre Cilaos. Je trouve celle-ci déjà bien technique avec ses successions d’échelles (tiens, comme Kerveguen me dis-je), de pierres, de racines, de marches toutes plus inégales les unes que les autres. La suite va être costaud si cela est juste l’entrée ! Hors, j’apprend quelques km plus bas, (induise en erreur par un pointage inexistant) en échangeant avec un autre traileur que nous sommes dans Kerveguen!! Suis soulagée de l apprendre et quelque peu honteuse aussi à cet instant je me demande comment font les meilleurs pour courir dans ces portions! J’aimerai un jour être spectatrice pour les y admirer!

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

J’entend au loin le bruit du stade de Cilaos! Celui-ci se rapproche au fur et à mesure. Je l’ai en visu. Arriver fraîche m’avait dit Peio! Comment dire… comment faire pour arriver fraîche après 65km et 16h de course? En tout cas fraîche ou pas pour le moment tout se déroule à merveille. Des échanges avec d’autres traileurs ça et là ou bien ma bulle qui me permet de penser à tant de choses. Je suis dans mon élément, sur mon île de ❤️, dans la nature, sur LA Diagonale des Fous! Je n’en reviens pas! J y suis! C’est dingue!

 

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

C’est à 15h20 que je pointe à Cilaos. J’ai le grand bonheur d’y être accueillie par mes amours de Cha et Nath. Quelle joie de les retrouver! Quel luxe de les avoir! Elles m’accompagnent jusqu’à l’entrée du stade. Echange de sacs, je file à la douche. Sans traîner, je me faufile au milieu des autres folles et de façon militaire j’organise mon change. Une douche rapide. froide de toutes façons. Je me rhabille de neuf. Change de chaussures, ça fait du bien! J’opte pour les saucony dans lesquelles mon pied sera semble t’il mieux tenu, j’espère ainsi éviter de nouvelles ampoules. Je file chez le podologue, me tarde de retrouver tout le confort de mon assistance mais l’heure tourne. 30′ à me faire soigner. Les pieds sont déjà bien abîmés, ça ne présage rien de bon pour la suite mais qu’à cela ne tienne! Il faudra avancer coûte que coûte! Passage chez le kiné pour straper ma cheville et une heure est déjà passée. Je rejoins les filles, un stand de pro m’attend avec lit de camp. Mon sac a été vidé, les flasques changées. J’aurai rêvé pouvoir profiter de ce lit, m’y allonger et dormir mais je suis prise par le temps. J’apprend que Peio a passé une 1ère nuit au plus mal. Mince alors. Ca fiche un coup au moral! La victoire ne pourra être belle que si elle est partagée… mais j’ y crois. Il est fort Peio, il ne lâchera pas comme ca, il l’a veut cette médaille!!

 

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

Il est temps de repartir. Je suis frustrée de ne pouvoir profiter plus des filles. Mais je suis en course, on profitera après! C’est accompagnée de Cha et Nath que je reprend la route du départ. Je croise Ingrid (qui prendra le soir même le depart du TDB) et son « staff », elle m’encourage, ça boost!! Je prend la route avec un raideur, accompagné d’un cameraman. Nous discuterons un long moment, une équipe de tournage pour un reportage pour 7 à 8 avec pour acteur principal ce traileur. Il n’est pas au top, meurtri par des problèmes gastriques. C’est drôle toutes ces rencontres qu’on peut faire. J’adore!

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

Je sais que nous attend un sacré morceau. Le col du Taibit en passant par la Cascade Bras Rouge, soit 1400 de D+ sur 10km.
Je pointe au pied de celui ci a 19h06. Je vois multitudes de raideur posés çà et là, mais la fermeture du poste est à 20h15… vraiment pas le moment de traîner! Je remplie ma poche à eau et j’attaque la montée du Col du Taibit.



my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

Peio et Stephane (compagnon de sortie à La Reunion, rencontré au détours d’un sentier) m’avaient tout deux parlés d’une tisane magique revigorante distribuée sur ce parcours. Je l’attend impatiemment!! J’ai attaqué la seconde nuit et j’avoue ressentir une certaine fatigue. J’aurai tant aimé pouvoir dormir mais c’est impossible. Je suis prise par le temps. J’avance petit pas par petit pas sans jamais m’arrêter avec cette phrase qui raisonne dans ma tête « Ne craint pas d être lente, craint seulement d’être à l’arrêt » Cependant la fatigue est bien présente et c’est une lutte entre le corps et l’esprit. Ce corps qui ne demande qu’à dormir et l’esprit qui me commande de ne pas lâcher.

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

Enfin, j’arrive à la tisane magique! un homme tout droit sorti d’un conte (et ce n est pas une hallucination là! ) fait son apparition pour nous la proposer gracieusement . J’accepte avec une grande joie et je me pose sur un rondin pour la déguster. Elle réchauffe le cœur, le corps et l’esprit. C’est la magie de cette course! La gentillesse des gens tout le long du parcours, nous sommes encouragés et supportés dans le moindre recoin improbable.

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

Je repars revigorée mais cela ne dure pas longtemps. La fatigue est là, intense. Je la subi. Je décide alors d’ingurgiter un gel coup de fouet contre l’avis de ma petite voix. Cruelle erreur!! Je suis prise de nausées qui ne me quitteront plus durant les 12 prochaines heures! 12h sans pouvoir m alimenter, la nuit sera longue…

C’est à 22h16 que je pointe à Marla. Une grosse base où j’avais envisagé pouvoir dormir mais la barrière horaire étant à 23h30 encore une fois je décide de ne pas m’attarder. Je me mets la pression et j’ai le cruel sentiment de revivre mon 1er trail de Bourbon avec le stress des barrières horaires. Un sentiment que j’avais détesté et que je ne voulais surtout pas revivre… Qu’à cela ne tienne, je ne traîne pas! Les nausées sont là. Rien ne passe. La fatigue non plus… Je lutte mais il me faut avancer. Je me dirige vers le Col des Bœufs où m’attend Salim. Malheureusement je pointe en stress et changement de programme je lui dis que je ne peux m’arrêter comme prévu. Il me reste 3h avant la fermeture de la prochaine BH et 3h sont estimées pour faire la descente!  Autant dire que suis en stress! my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion
Direction Sentier Scout. Je passe l’accélérateur et double multitude de traileurs! Pas question de me faire sortir!! Une longue descente, et malgré la fatigue, à cet instant, je me dis que je vis hyper bien cette course… Je me sens bien, le corps répond vraiment bien, je reste toujours positive dans ma tête. Je me dis que quand même c’est du costaud. On le sait, on l’imagine mais quand on y est on en prend vraiment conscience. Une succession d’énormes montées suivies d’énormes descentes toutes plus techniques et difficiles les unes que les autres… Vraiment une course de Bonhomme je me dis!!! bon an, mal an, j’avance malgré la fatigue.

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

Sentier Scout… Îlet à Bourse… Grand Place Les Bas… La barrière horaire me souffle toujours dans le dos puisque je pointe à Grand Place Les Bas samedi à 5h45 pour une fermeture à 6h30!! La « zombitittude » se paie!!

J’ai la grande joie d’être rejointe par Benoit, déjà finisher de La diag et de nombreux autres ultras. Il m’a proposé de m’accompagner une partie du parcours. Il m’apaise, me rassure. La force tranquille. Reboostee par sa présence nous pointons à Roche Plate à 7h52… soit à 3h de La fermeture du poste! Waouh! Quel luxe! Je vais enfin pouvoir souffler un peu…
Toujours impossible de m’alimenter… il va pourtant me falloir toutes mes forces pour affronter les 1600 de D+ en 6km pour sortir de Mafate et atteindre le haut du Maido… Un parcours que je connais par cœur pour venir m’y entraîner régulièrement.
J’essai de boire un coca, mais prise de nausées, j’abandonne… Je me fais à nouveau soigner les pieds à l’infirmerie et en profite à chaque fois pour fermer un peu les yeux, puis nous nous posons un peu dans l’herbe avec Benoit…

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

Toujours nauséeuse, impossible de dormir mais fermer les yeux permet de recharger les batteries. Celles-ci sont un peu à plat après 12h passées sans pouvoir m’alimenter. Satané gel!!



On attaque doucement la longue ascension jusqu’ à la brèche. Celle-ci est plutôt douce.

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

J’arrive ça et là à me nourrir de compote. Elles me sauveront la vie et me permettrons de redémarrer à chaque coup de barre.
Le soleil s’est levé, il fait très chaud, je m’arrose la tête régulièrement. C’est un long cortège de traileurs car c’est ici que nos chemins se rejoignent avec le Bourbon. Certains sont plus frais mais je sens une grosse fatigue chez la plupart des coureurs. Nous avançons tous petit pas par petit pas… La sortie de Mafate pointe « déjà » son nez. Déjà 2 nuits que le départ a été donné. Au loin, j’entends la folie du Maido qui raisonne. Là haut, la foule nous attend et nous sommes acclamés tels des héros! Cela réchauffe vraiment le cœur. Je me dis que le plus dur est déjà… oui déjà derrière… La course n’est pas gagnée, loin de là mais mince , je sors de Mafate!!! Ce n est pas encore fini que je suis emprunt de nostalgie. Je veux revenir… je le sais, j’en suis sûre, je veux déjà la refaire… Je suis presque déçue d’être arrivée en haut du Maido, quel paradoxe!!

Km 113…. 14h03… 40h03 de course… Hourra! J’ai vaincu Mafate et ses successions de montées et descentes toutes plus techniques les unes que les autres! Un sentiment d’euphorie m’envahie… La suite du parcours je la connaît, c’est la même que la Bourbon l’an dernier… le chemin est encore long mais tellement plus simple que tout ce qu’on a traversé !
Je croise le « staff » d’Ingrid. Photos, échanges, ça fait toujours du bien de croiser des gens connus … Je me dirige à nouveau vers l’infirmerie soigner mes pieds meurtris…

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

J’ai froid, je tremble comme une feuille allongée sur le lit de camp… l’infirmière me couvre de 3 couvertures mais rien n’y fait. Elle me propose un repos de 15′. Je ne refuse pas. Je ferme les yeux. Je lutte contre le froid et la fatigue mais n’arrivant toujours pas à dormir ni à me réchauffer je me décide à rejoindre Benoit qui aura la bonne idée de me proposer une soupe. 1er aliment que j’arrive à ingurgiter depuis de si longues heures.

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

On décide de repartir, direction Sans-soucis, 13km de descente pour atteindre cette 2eme base de vie ou m’attend mon assistance. J’attend toujours de les retrouver avec impatience! Le poulet prépare par Salim qui m’y attend me donne l’eau à la bouche.

Nous reprenons la route. Benoit gambade aisément tel un cabri. Quant à moi, je suis prise de sursauts de grande vaillance ou j’en profite pour dérouler et de coup de mou gigantesques ou « zombittitude »!

Jasmine, une compagne de trail à La Réunion apparaît derrière moi. Je suis ravie de la croiser. Elle semble en pleine forme! Elle s’est alignée sur le Bourbon. Nous parcourons un bout de chemin ensembles mais je la laisse me devancer. Elle est clairement plus vaillante que moi!

La descente vers Sans-Soucis se déroule sans encombre. Je surveille toujours les barrières horaires et je pointe à 18h20 soit à 1h10 de la fermeture du poste! Je suis accueillie par Cha et Karine… Quel grand bonheur de les retrouver! Je pointe. Vite… Sac de change… Douche et je rejoins mon camp de base. Là, une équipe de choc me prend en main! L’impression d’être une pro suivie par des pros Cha s’occupe de mon sac. Elle est super bien rodée! Je m’allonge le poulet de Salim entre les mains. Il passe super bien! L’appétit est revenu! Celui-ci me strap la cheville, Karine fait le point batterie, montre, frontale et Donatien me fait la surprise d’être Là! Une équipe vraiment au top, j’ai beaucoup de chance de les avoir! L’heure passe trop vite, le poste ferme, il me faut y aller! Benoit s’arrête ici. Il a largement dépassé son rôle d’accompagnateur et m’aura tant apaisé de sa présence…

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

Frontale. C’est parti! La 3eme nuit tant redoutée. Comment allais-je l’aborder? J’étais mentalement prête à souffrir. Je déroule sur la descente jusqu à La Riviere des galets… La BH est encore juste pour la suite. Je suis en stress mais je semble être la seule comme à chaque fois sur la montée du sentier de bord . Je suis à nouveau prise de zombitittude… Rassurée par les autres concurrents quand à la facilité à atteindre les prochains pointages largement dans les temps nous décidons avec un compagnon de route de nous allonger 10′ sur le bord du chemin… Le réveil est mis et cette fois-ci je dors enfin profondément. Indispensable et réparateur, nous repartons vaillants!

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion



C’est à 22h07 que je pointe à Ratineau à 2h30 sur la fermeture. Ouf! Je vais enfin pouvoir souffler, elles sont larges maintenant… Ca tombe bien! Les pieds sont réellement en souffrance et chaque pas en descente est un supplice. Mais impossible de ne pas franchir cette ligne d’arrivée maintenant! Je suis prise d’hallucinations tout le long de cette portion, l’impression d’être constamment suivi par quelqu’un je passe mon temps à me retourner mais il n’y a personne… Pleins de spectateurs sont sur les bas côtés mais au fur et à mesure que je m’avance ce sont des arbres ou des pierres… Je ne suis pas inquiète, c’est normal, tout va bien!

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

Prochaine étape : La Possession Ecole et son niveau de la mer. Nous sommes sortis des cirques et des montagnes. Approcher le niveau de la mer et de La civilisation a un côté rassurant… Rien n’est jamais gagné tant qu on a pas franchi la ligne d’arrivée mais celle ci commence à se rapprocher. Le mental est toujours excellent. La bonne humeur et le positif ayant été me semble t-il mon leitmotiv sur toute la course. J’aborde le sentier Kaala, sachant qu’il est super difficile. Ca ne ressemble plus à du trail, c’est de l’escalade au milieu d’une forêt, de rochers, de racines, de cordes. Les bras prennent le relais ce qui soulage un peu mes pieds meurtries et douloureux. C’est laborieux d’avancer. Encore une fois, ils gâcheront ma fin de course. Dommage car les muscles répondent toujours bien me semble t’il.

C’est à 1h18 que je pointe à La Possession Ecole… niveau de la mer. Il fait super doux. Mon assistance est toujours là. Au top. Mais que c’est ingrat! Des heures à m’attendre, à tout porter, installer, pour me voir 10, 15, 30 minutes tout au plus… et toujours la même efficacité, les bons mots… je leur doit beaucoup!
Après la Possession c’est la Grande Chaloupe puis Le Colorado et la délivrance!

Il me reste 3 pointages avant l’arrivée ! Je n’en reviens pas je suis en train de boucler ma 1ère Diagonale des fous! Un rêve que je suis en train de réaliser!

Benoit reprend la route avec moi à La Grande Chaloupe. C’est vraiment un grand bonheur d’être accompagnée par lui. La nuit est douce. Nous attaquons le chemin des anglais. C’est laborieux en descente avec mes douleurs. Chaque pas est une souffrance. J’ai l’impression que chaque cailloux, me lacère la voute plantaire mais j’irai au bout, c’est une certitude! Ce n’est rien au regard de tout ce que j’ai traversé! « La souffrance est temporaire, l’abandon est définitif ». Jamais je n’ai ne serai ce que pensé à abandonner. J’aurai réellement bien vécu cette Diagonale, beaucoup mieux que le bourbon l’an dernier. Jamais je ne me suis demandée ce que je faisais là. J’ai su garder ma motivation et détermination tout au long du parcours. J’atteins la Grande Chaloupe avec soulagement car chaque pas en descente était un supplice sur les cailloux si inégaux du chemin des anglais. Petit stop. Je change à nouveau de chaussures ne sachant comment abréger ma douleur. Je retente les saucony pour éviter l’échauffement.

Ultime montée de cette Diagonale. 800 m des derniers D+ …elle est laborieuse et la vitesse toute relative. Je pointe à 8h30 au Colorado! Ultime passage à l’infirmerie, les pieds sont tellement en souffrance qu’ils ne me portent plus et je sais la dernière descente raide et technique. On me confectionne un petit coussinet sous la voûte plantaire et je repars bon an mal an.  j ‘attaque l’ultime descente! Benoit est toujours là. Présence apaisante et rassurante, vraiment!
Les derniers km de cette course folle. C’est incroyable je n’en reviens pas!! Benoit s’efface et j’aperçoit le stade de la Redoute! les sons raisonnent dans ma tête. Les premiers spectateurs sont Là et nous acclament! Mes yeux parcourent l’horizon à la recherche des gens que j’aime. Tout à coup ma fille cherie est là! Je cours vers elle. Que c’est bon de la retrouver! On se saute dans les bras. Elle me tiens la main pour parcourir les derniers mètres. J’aperçois l’entrée du stade. Karine nous rejoins puis Maman. C’est toutes les 4, main dans la main que nous passerons l’arche du Grand Raid de La Réunion!!!
60h39’49 » de course folle! Je ne réalise pas!

 

On me passe la médaille autours du cou. La médaille de finisher de La Diagonale des Fous!!! C est pas moi! C’est pas possible! C’est pas moi qui l’ai fait!! C’est impensable, irréalisable, c’est juste magique!😇

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

Accolades, félicitations, photos, interview, c’est un tourbillon cette arrivée! Je suis à nouveau en lévitation. Retour à la case départ… La boucle est bouclée. Je flotte avec ma médaille de finisher et mon tee-shirt jaune « J’ai survécu »…

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

Quelle immense joie, quel immense bonheur d’être là. Je ne peux réaliser… C’est déjà fini… 165km… 9600 de D+ autant de D-… 60h39’49 »

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion
La course que paradoxalement j’aurai le mieux vécue. Pas une pensée négative. Aucun regret d’être là. Juste cette énorme envie de franchir la ligne d’arrivée. Et la voilà cette médaille que je ne lâcherai pas. Déjà envie de recommencer je le sais…

Conclusion

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion

Je dédie cette medaille tout d’abord à ma fille chérie, Charlotte qui supporte tant de choses au quotidien… une maman qui fait du trail c’est une maman pour qui la course prend bien évidemment beaucoup de place… Des soirées à en parler, des heures, des soirées, des w-e à s’entraîner… Merci Merci Merci mon petit pour ta compréhension et tellement heureuse que tu ais pu vivre cette aventure de l’intérieur… Merci d’être là, d’être celle que tu es, Je t’aime…

La 2ème personne à qui je dédie cette medaille est Karine, qui d’une main de Maître à su gérer toute l’organisation de mon assistance… Un énorme travail, dans l’ombre et si ingrat! Un investissement total qui m’a libérée l’esprit de tout tracas et sur ce type d épreuve c’est un réel luxe d’être si bien accompagnée… mille merci ma Karinette je te dois beaucoup!

Evidemment la présence de Maman, Nath, Sophie, Papounet,Donatien, Sophie et tous ceux qui ont vécus cette course avec moi avant, pendant, après… Peio, Kathia, Philip, Guilhom, Laurent, Cyrilx2, Nico, Manu, JC… Pardonnez-moi si j en oublie. Sachez que chaque petit mot, chaque encouragements m’ont aidé à accomplir ce challenge.

my-bordeaux-city-guide-ultra-trail-raid-diagonale-des-fous

Un rêve fou que j’ai réalisé… Je n’arrive pas à y croire, ayant débuté la course à pied il y a tout juste 4 ans. Les rencontres faites ces années passées ont contribué à me donner envie de me surpasser.

my-bordeaux-city-guide-grand-raid-diagonale-des-fous-reunion
Une Diagonale super bien vécue, remplie de positif qui ne donne envie que d’une chose, y retourner!
Place à la recup’ en attendant, puis à la reprise des entraînement et aux nouveaux challenges à venir.
« Gagner, ce n’est pas finir en première position. Gagner, c’est se vaincre soit-même, vaincre son corps, ses limites et ses peurs. Gagner, c’est se dépasser soi-même et transformer ses rêves en réalité »
Kilian Jornet.

« Participez au vernissage du talentueux artiste Stephane Daure à Bordeaux
Allez au festival Bordeaux S.O. GOOD pour découvrir la gastronomie locale »